Fabriquer son encre à partir de galles de Quercus (Chêne)

C’est en visionnant un documentaire intitulé « Quatre saisons dans la vie d’un chêne » diffusé par la chaîne Arte que j’ai découvert l’existence de l’encre ferro-gallique.

La plus vielle encre connue qui nous permet encore aujourd’hui de consulter « les archives de la déclaration d’indépendance des États Unis d’Amérique, la musique de Mozart et de Bach, les dessins de Rembrandt et de Léonard de Vinci, les théories de Newton et les lettres de Charles Darwin »… soit 14 siècles de notre histoire grâce à une famille d’insectes, la Cynipidae, qui est venue un jour pondre son œuf dans la fleur d’un chêne.

Capture d’écran 2019-01-11 à 11.29.19.png

L’encre au gallo-tannate de fer est une encre noire à violette, fabriquée à partir de sels métalliques, surtout de sulfate ferreux mais parfois de sulfate de cuivre, et de divers tanins d’origine végétale. Encre noire emblématique du scriptorium monastique, elle est l’encre la plus utilisée en Europe entre les XIIe et XIXe siècles. Cette encre tannique ou à base de tanins solubilisés est parfois dénommée encre ferrique, ferro-gallique ou métallo-gallique. Les dégradations irréversibles du papier dues à cette encre corrosive posent d’importants problèmes de conservation

Source et recettes de fabrication sur la page Wikipédia

Historique

La noix de galle est connue dans le monde méditerranéen depuis l’Antiquité, elle est le produit de base de nombreux corps de métiers (tanneurs, teinturiers, apothicaires) et a donc fait très tôt l’objet d’un commerce international. C’est donc un produit coûteux qui vient de loin et dont les contrefaçons sont fréquentes, cependant toutes les galles de chênes locales peuvent être utilisées même si les plus beaux noirs sont en provenance du Levant (Syrie, Irak, Turquie).
Preuve de l’énorme importance de leur usage, les noix de galles figurent dans de nombreuses recettes de livres de teintures imprimé en 1513 et 1548 et qui restèrent en vigueur chez les teinturiers jusqu’au XXème siècle. (source)

Inconvénients

Les dégradations provoquées par ces encres instables sont liées à leur composition riche en ions métalliques libres qui, au contact de l’air, catalysent l’hydrolyse acide des molécules de cellulose. Le papier ou le parchemin est attaqué progressivement et finit, dans certains cas, par être perforé. En revanche, des conditions climatiques stables permettent de ralentir le processus de dégradation. (source)

leonardo

Les galles de Chêne

Il existe plusieurs types et formes de galles en botanique mais la cause reste toujours la même. Pour les cueillir cherchez de préférence des chênes sessiles (Quercus petraea) plus grosses et abondantes, parfois jusqu’à 100 galles sur un même arbre.

Elles contiennent 50 à 70 % de gallotanins.

Fabriquer son encre avec les galles

Pilon

Plusieurs tutoriels sont disponibles sur le web pour créer soi même son encre, à chacun de les trouver, faire ses expériences, améliorer les résultats et partager les recettes.

Personnellement j’ai un petit coup de cœur pour cette version qui permet de bien se replonger dans l’ambiance d’autrefois : Fabrication d’encre ferro-gallique selon les recettes anciennes (PDF)

Ingrédients

Accessoires

  • 1 balance électronique (conseillé)
  • 1 marteau en bois
  • 1 torchon
  • 1 Casserole ou 1 marmite
  • 1 cuillère en bois
  • 1 Pichet 1L
  • 1 Filtre tissu (papier les trous se bouchent)
  • 1 ou plusieurs petits bocaux en verre

Recette

  • Écrasez les cristaux de gomme arabique dans un pilon (sauf si vous l’avez acheté déjà en poudre)
  • Placez les galles dans un torchon et écrasez-les avec un marteau (en bois)
  • Ouvrez le torchon et versez les galles dans la casserole ou la marmite
  • Ajoutez l’eau distillée sur les galles et mélangez avec une cuillère (en bois)
  • Mettez à feux doux en remuant de temps en temps jusqu’à ce que le mélange brunisse (le plus possible)
  • Préparez le récipient sur lequel vous placez votre filtre (papier ou tissu)
  • Versez le liquide puis pressez le filtre sans pour autant forcer
  • Ajoutez la gomme arabique en mélangeant en même temps
  • Laissez reposer à côté d’une source de chaleur (feux ou radiateur)
  • Versez le liquide dans un nouveau récipient propre
  • Ajoutez le sulfate de fer en mélangeant un peu
  • Faites reposer quelques semaines en secouant de temps en temps
  • Utilisez et améliorez la recette (dosages +/-)

Usages

Principalement pour l’écriture et la peinture comme celle à l’encre de chine, elle était très utilisée par les moines copistes au XIIème siècle.

Idéation

Dans le cadre du projet « Créer et développer un « Arboretum en Commun » au parc de Solaure (Saint-Etienne)« , cela pourrait être une chouette activité à proposer aux enfants et aux parents visiteurs du parc… à suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s